vendredi 23 décembre 2016

PREMIER CONTACT

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
J'ai rêvé de ce film avant même de connaitre son existence.

Hier je suis aller voir ce film et j'ai pris une claque. Les thématiques abordées de la communication, de la lecture, de l'écriture, de l'interprétation sont abordées avec simplicité et intelligence. Parler/échanger c'est la base de notre existence et quand on fait passer une idée on se bat pour créer une forme commune.

"Une arme, c'est un outil que l'on choisit d'utiliser différemment".

Bien sûr c'est une des thématiques transversales de ma production et je dirai même "recherche".
Pourquoi ce film devient une référence instantanée à mes yeux? Car un projet est sur papier depuis presque un an et une équipe se constitue pour restituer un point de vue similaire avec d'autres "armes".
"Premier contact" est une forme qui nous permet déjà une meilleure compréhension et ce film le dit, il va falloir penser le temps autrement pour l'aborder.

Rendez-vous dans deux ans!

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

mardi 20 décembre 2016

Point De Vue tattoo

"On voit pas tous la même chose et pourtant il n'y avait qu'une intention à la base." 

Quand le passé rattrape le présent sans jamais pouvoir le digérer. Quand on croit avoir compris ce qui est écrit alors que notre point de vue est tronqué par notre manque d'informations.

Ou quand Peggy et moi conceptualisons une phobie et un vieux tatouage pour marquer une évolution en laissant de la place au passé. Voilà notre travail:




jeudi 1 décembre 2016

Une semaine rare s'est écoulée... beaucoup d'images, de sensations, d'histoires et de surprises tournent en boucle dans ma tête. Je réfléchis au meilleur moyen de vous restituer ce que l'on a vécu en respectant l'intimité de chaque personne. Voir l'origine du projet ici <<<

Je serai en LIVE sur facebook ce vendredi 2 décembre à 17h.

On parlera du "rawtomatique", un peu du labo 2-3 mais aussi de conventions et de déplacements.

à bientôt.

jeudi 17 novembre 2016

TATOUAGE AUTOMATIQUE

Retour de la convention de Bruxelles.

Un an et demi sans convention et je transporte mon fauteuil et mes draps noirs pour ne pas être perdu.
Un dessin naîtra dans mon dos tout au long du weekend pour préparer la performance du dimanche >>> un tatouage en automatique. Des discussions et des projets fous à venir si j'ai bien entendu. Des discussions probablement manquées à cause d'un masque (dans mon cas) et pourtant j'étais bien moi. Une chasse au trésor sur les pas de l'Imaginarium, Noon, La Malafede et un autre masque ambulant.

Rapidement c'était comme ça:



Et le "Rawtomatique" ça s'est passé comme ça:


"Prends le temps de vivre le rien."

Et pour vous restituer le projet dans le même esprit qu'il a été construit, sachez que j'attends 24h pour regarder cette vidéo pour la toute première fois. Je n'ai pas de vue d'ensemble sur le montage. Juste une accumulation de moments qui s’enchaînent.

"Plutôt que de représenter le hasard, nous l'avons vécue."
La thématique donnée était la chance et le hasard...


ELODIE:
"Aujourd'hui, je vais vous raconter une histoire. 
C'est l'histoire de Léon le lion. Léon est une créature mi humaine et mi lion. Il est né dans un esprit farfelu. Il commença tranquillement son petit bout de chemin, néanmoins, ce petit lion grandit, et commença à être beaucoup trop à l'étroit dans cet esprit. Il décida donc d'en sortir, pour venir se poser sur mon bras, pour pouvoir grandir d'avantage, voir d'autres contrées.
Hier, j'ai fais une rencontre incroyable, ce genre de rencontre qui ne s'oublie pas et marque un instant de vie. J'ai eu l'honneur de me faire tatoueur par le talentueux Olivier Poinsignon. Quelque chose de nouveau, du dessin automatique. Rien de concret et pourtant. De ceci a résulté Léon, des animaux étranges, des satellites, des chiffres, un poisson, et j'en passe.
Un simple "merci" aurait pu suffire, mais j'avais besoin de parler de ce monsieur. Parce qu'il aime la vie, l'instant présent, et toutes ces choses qui font qu'on verra le verre à moitié pleins plutôt qu'à moitié vide.
Alors MERCI. Pour ta gentillesse, ton talent, ton écoute, ta sensibilité, ta passion, ton amour de l'amour, ta folie et j'en passe. Un 13 novembre mémorable :D"
"

Commentez, partagez, questionnez ... faites vivre ce projet.

mercredi 2 novembre 2016

LABO 2-3

Métamose, Gus Gribouille et moi entreprenons une semaine de création à trois dans mon atelier du 21 au 26 novembre.
Maintenant qu'il y a eu un point final au CO-Laboratoire je peux crier ma prochaine coopération créative. Même si j'ai dit que je ne prends plus de rendez-vous avant 2017, je vous réserve cette possibilité:




Si vous avez du courage, de la folie, de la curiosité, de la poésie mais aussi une peur à vivre et que 
"vous voulez être le sujet d'une rencontre informelle?" 
contactez nous à labo2-3@olivierpoinsignon.fr



Nous n'avons pas de limite définie et sommes dans l'expérimentation plus que la création d'un "produit finit" convenu.
Ce n'est pas sous la bannière exclusive du tatouage que notre créativité existe, et cette semaine en attestera. 

Qui sont-ils? Se sont de jeunes tatoueurs héritiers de l'évolution et de l'envie de faire plus que ce que l'on connaît déjà. Ils ont été nourris par Piet du Congo, Léon Lam ou encore Cy Wilson (liste non exhaustive bien-sur).



Pourquoi j'ai décidé de coopérer avec eux? Parce qu’un jour j'ai lu un article incroyable sur Métamose et c'est Gus Gribouille qui me l'avait fait découvrir.


mercredi 26 octobre 2016

CO-Laboratoire (Résultats)

(POUR VOIR L'ORIGINE DU PROJET CLIQUE ICI)

"Entre l'idée pensée et le résultat publié il s'est passé un an et demi. J'ai beaucoup parlé tout au long de cette aventure et maintenant je n'ai pas envie de vous prendre par la main* pour vous dire quoi voir, lire ou comprendre."

Olivier.P





Les mots de L'Andro Gynette:

"Bon alors, ça doit faire des années que je n'ai pas pris le temps d'écrire.
De parler vraiment de ce que je ressens. En fait je me rends compte que je travaille chaque jour avec des gens pour comprendre ce qu'ils veulent exprimer, sans finalement mieux comprendre ce que j'ai à dire et ce que je ressens.
Donc ici je prends le temps. Le temps d'expliquer comment j'ai vécu ce CO-Laboratoire.
À la base, un attrait admiratif pour le travail d'Olivier. Il fait ce que je ne sais pas faire: lâcher prise. Ce moment où tout ce que tu crées n'est plus ce que tu voudrais mais ce que tu es. Très instinctif. Il y a énormément de références, de recherches, mais ce n'est pas ma partie préférée. Ce que je préfère dans son travail c'est aussi ce qu'on s'est amusé à faire avec Lison, c'est EXPERIMENTER. Se laisser porter. Partager des choses simples, qui peuvent parfois être compliquées. Ne pas avoir peur de l'autre, ni de son contact, dessiner dessus, ou ensemble...ou se cracher dessus. 
L'expérience a commencé par des échanges de mots d'abord, par téléphone. De faire connaissance jusqu'à parler de nos connaissances. Une première "accroche".
Je ne savais pas trop ce que ça allait donner. J'aime rencontrer de nouvelles personnes, apprendre, découvrir et me mettre en "danger" en général. Les zones de conforts me font vite chier. Donc l'idée d'une collaboration c'était aussi ça, me foutre dans une situation inconnue pour, dans la détresse, aller chercher rapidement le + efficace, éviter tout ce qui est inutile. J'aime l'essentiel.
Enfin la rencontre, déjà je tombe sur un mec sous une capuche plus grand que moi. C'est toujours déstabilisant. Je ne suis pas immense. Mais ça m'interpelle toujours.
Je suis accueillie avec beaucoup de naturel par Lison, et je trouve vite une "place" dans cette maison. J'apprends qu'il faut laisser les portes ouvertes ;)
Le premier essai, j'ai cru que cette semaine serait catastrophique, on ne bosse pas du tout de la même manière... si Olivier bosse dans son coin à à partir d'un premier contact avec le client, j'ai besoin de discuter avec le client et d’enchaîner direct sur l'impulsion/la pulsion de la conversation.
Je ne sais pas pourquoi mais je ne me souviens plus de comment on a finalement réussi à "s'accorder". Je me souviens de certaines petites choses auxquelles on n'avait pas pensé: tirer la peau, l'espace, la lumière... une sensation "bizarre" et drôle à la fois. Je me souviens de Michael Jackson, des chansons Disney, et de GREMS "des bisous". De Moderat "new error".
D'Aloa.
Et DE PEPITO! (sans Pepito ce projet n'aurait pas pu être présenté d'une si belle façon!)Dans ces moments-là, mon visuel est tellement concentré sur la peau, que c'est l'auditif qui va provoquer l'émotion chez moi.
Il y avait une sensation d'immersion durant toute cette semaine.
Concernant le rapport client, je n'ai pas les bons mots. Je dirai que les "sujets" à exprimer étaient assez durs. Dans tous les cas il s'agissait de marquer un passage vers un nouveau départ. Et je crois que c'est ce que cette rencontre a été pour nous aussi. On a marqué des gens pour un nouveau départ, une nouvelle vie, pour se rendre compte qu'on allait amorcer la nôtre.
Ils nous ont ouvert une nouvelle voie, et donné une nouvelle voix à tous les 2 je pense.
Grâce à eux, on a appris aussi à mieux sortir de "nous". Olivier et moi sommes malgré tous solitaires (de façon différente), mais sur ce projet on a pu aussi apprendre de et avec l'autre. Je ne sais pas si je m'exprime bien.
Enfin, cet échange a laissé une sensation de manque. Car dans l'échange il y a une perpétuelle remise en question, un apprentissage de l'autre, un partage de technique. Un chouette rapport fraternel avec tout ce que ça inclue de bons et de mauvais cotés. Et c'est toujours chiant d'être éloigné de la famille.
Le reste à dire, est exprimé dans les vidéos: de l'absurde à la sensibilité, on a traversé tous types d'émotions et je préfère que les gens les découvrent en image plutôt qu'à travers moi." 


L'Andro Gynette



Retrouvez le triptyque vidéo ci dessous suivit de quelques photos plus bas.


Coup de ciseaux - CO-Laboratoire from Riot House on Vimeo.

Homme MiScient - CO-Laboratoire from Riot House on Vimeo.

Sourire - CO-Laboratoire from Riot House on Vimeo.








Photos: Adrien Bessac












lundi 24 octobre 2016

Venez discuter et en apprendre plus...

... sur les projets passés et à venir.


Ça va se passer sur la page FACEBOOK de Color My Skin, la chaîne française indépendante d'Erwan Roudaut. 

Jeudi 27 Octobre, Erwan sera en live avec Olivier Poinsignon tatoueur illustrateur pour discuter de tatouage, de collaboration, et de différentes choses !
Le live commencera à 21h30 et durera approximativement 1h !
La première partie sera principalement une discussion avec Olivier. La deuxième partie sera l'occasion pour tous les spectateurs de poser leurs questions en direct !
Bonne journée à tous ! ;)



mardi 27 septembre 2016

De ma tête à vos mains .



Le projet "BOX" est né pour alimenter (financer) une performance vidéo-tatouage qui s'articule autour du langage. Vous pouvez la retrouver en vente ici: ma page etsy.
Chaque pièce est unique et mesure 25cm x 25cm x 5 cm.
Les plus attentifs ont déjà vu que je parle du petit prince...

C'est une technique mixte que j'expérimentais à la sortie des beaux arts il y a 7 ans ... aujourd'hui elle a une utilité et une symbolique forte.

La création est livrée avec une enveloppe celée qui vous mettra dans la confidence.
Libre à vous de l'ouvrir ou non.

Ça vous parle?

jeudi 22 septembre 2016

LIVE FACEBOOK

------------(I_I)------------
Excusez moi les premières minutes, on remet ça la semaine prochaine (mercredi 28 septembre à 21h) un dessin en live:



Voilà les liens évoqués et les informations "importantes" par écrit:
-la musique du moment (et qui nourrit le prochain point) @Gost:https://youtu.be/PWzYY4PQcpc
-Le projet (public - j'en garde un secret) que je souhaite financer est la création d'un alias tatoueur façon horreur Carpenter avec une scénographie donnant un autre visage à mon atelier - lumière, peintures, uniformes, homme de main, sons, scénario, nouvelle identité graphique, thématiques en accord, nouvelle personne - le tout pour célébrer uniquement les nuits de vendredi 13: https://www.google.fr/search…
-Le second projet à financer sera révélé aux acheteurs de la série "embrillon" ainsi que de la série "dessin d'aveugle" (sur feuille noire) qui sera sur Etsy en partie cette semaine. Si vous m'aidez, je vous mettrai dans la confidence.
-Merci pour vos participations instantanées via Etsy, vos achats de ces dernières 24h (et plus) seront utilisés avec coeur et intelligence (j'essaye).https://www.etsy.com/people/olivierpoinsignon
-Question cinéma je suis resté bloqué sur "Enter the voïd" cette année (et tout la filmographie de G.Noé): https://youtu.be/hwTmc8L8TaA
Et j'ai aimé voir ce film de zombie asiatique au cinéma:https://youtu.be/V9Zg3F5EEjQ
Voilà Durendal qui en parle mieux que moi:
https://youtu.be/o2GI0MMD-3k
-Mon illustrateur préfèré du moment est très doué en encrage et il vient du collectif @zéro friend: https://www.instagram.com/wayshak/
-Un tatoueur que j'aime... Il y en a beaucoup mais le travail de Cy Wilson m'intrigue vraiment, il crée ses outils et travaille la marque:https://www.instagram.com/cywilsonart/
-Je reçois @metamose et Gus Gribouille en novembre pour une semaine de Labo à éclaircir.
Je recevrai également @l'imaginarium avec mes amis Emilie Barbera etGuillaume Smash pour deux dos et un bras couleur (voir plus?).
Et en début d'année je fais un projet avec monsieur X (plus d'informations au prochain live ou à l'ouverture de mon agenda le 14decembre).
Donc 3 collaborations de prévues pour les 6 prochains mois.
-Je serai à Bruxelles en novembre pour le IBTC et j'insiste sur le fait de prendre du temps pour vous rencontrer et pas seulement tatouer 4 personnes dans le week-end (places à prendre).
-Ne m'envoyer pas de mail pour vos projets 2017 avant le 14decembre!
-Ce week-end je fais une expérience pour un couple (ça vaut le coup d'écouter la vidéo pour comprendre... Désolé pour toi lecteur) et je suis impatient de voir le résultat (que je pourrai peut-être partager).
-Je serai de passage au salon du tatouage de Clermont-Ferrand ce week-end !
-Pour finir ça m'a plutôt plu et vous m'avez donné l'envie de recommencer. Le tout est de ne pas fixer une date trop tôt pour avoir de nouvelles choses à raconter. D'ici deux mois par exemple ?

samedi 17 septembre 2016

HEY c'est moi!


Mais avant je partage cette courte réflexion spontanée:

"C’est en rencontrant de fortes personnalités que l’on peut prendre conscience de ce que reflète la nôtre, par résonance, par confrontation ou même par rupture.
Aujourd’hui je réalise un peu plus ma position culturelle-sociale et même philosophique. Je ne suis pas en recherche d’alternatives tranchées, contestataire ou même militante. J’aspire à vivre une alternative faite de nuances et de flexibilités en recyclant ce que j’ai et ce que je suis. Comprendre les incompris sans forcément en faire partie est un objectif personnel (qui se répercute sur mon activité donc). Je veux pouvoir faire des actions et des créations précises-complexes (pas que) et pouvoir les expliquer simplement pour permettre à un large public d’en apprécier les subtilités dans leur coin.

Pourquoi essayer de toucher un “large” public?

Parceque ceux avec qui nous nous comprenons sont déjà convaincus et partagent déjà la même réflexion … l’évolution des uns est l’incompréhension des autres.

dimanche 11 septembre 2016

2 ans dans mon bel atelier en résumé vidéo


L'art est un langage et c'est bien avec vous que je communique. Pour autant je ne suis pas le seul à pouvoir décider de quoi parler et c'est pour ça que je vous invite à participer à un live la semaine prochaine.
Je répondrai aux questions intelligentes, mais aussi les idiotes puisque cela dépend des points de vues!
Vous avez le choix entre le samedi 17 septembre ou le dimanche 18 septembre.
>> commentez pour voter la date et l'heure.

mercredi 31 août 2016

Back On ETSY !

La semaine prochaine, alors que je m'envolerai pour mon expérience-tattoo à New-York (vous n'êtes pas au courant? cliquez ici) une nouvelle série de dessins sera mise en ligne sur Etsy << et donc disponible à l'achat à pris abordable. Mais pour pousser l'action je vous y expliquerai comment ces dessins sont nés et quelle expérience tatouage en découlera.

Voilà quelques zooms en les entendant. 
Merci d'avance à ceux qui commandent, n'hésitez pas à me donner vos retours.

   


mercredi 20 juillet 2016

Can I be your Dad? Laboratoire tatouage à New-York

ENGLISH SUBTITLES ON THE VIDEO. ( reporté voir vidéo "independance 2nd round)

Je m’appelle Olivier Poinsignon, je suis un dessinateur-tatoueur Français. Mais je suis aussi un vieil enfant devenu jeune papa. Et c’est en faisant le mélange de tout ça que je viens “créer” quelque chose de nouveau à New-York:


“Parlons simplement de votre projet et laissez moi prendre votre main pour faire NOTRE prochain tatouage.”


Habituellement je puise la force du projet tatouage dans les détails uniques de l’histoire racontée par le futur tatoué. Cependant il m’est impossible de le faire en anglais avec la même puissance que dans ma langue maternelle.
C’est pour cela que je veux simplifier la communication orale et la renforcer par un act physique qui sera unique et directement impacté par votre physique, votre caractère, votre confiance et ma capacité à dessiner avec tout ça au bout de ma main.

Le tatoué est ma première influence, et c’est à travers lui qu’apparaîtra mon prochain projet à New York.


Merci à Tattrx et White Rabbit Tattoo qui m'aident beaucoup sur ce projet.

mercredi 8 juin 2016

Laboratoire sensoriel au Brésil (UK-PORT)

Tattoo Experience reported to March 2017!

Tattoo Experience reported to January 2017!

(FR)Comment prendre rendez-vous pour participer à ce labo:
- Ecrivez moi à contact@olivierpoinsignon.fr
- Envoyez moi une photo de vous (portrait ou plein pied), 
je ne veux rien savoir de plus tant que je ne vous ai pas tatoué.
- Envoyez moi une photo de la zone donnée pour le tatouage, soyez généreux.
- Prévenez moi si vous avez des allergies ou des spécificités médicales.
- Proposez-moi 3 dates de disponibilités entre le 26th juillet et le 06th août.

- Vous recevrez un mail unique de confirmation et il ne vous restera plus 
qu'à donner vos coordonnées auprès de l' Estudio Teix.

(UK)How to book an appointment to participate in this lab:
- write to contact@olivierpoinsignon.fr
- send a photo of you (portrait or full), I want to know nothing more until I tattoo to you..
- send  a photo of the part of the body given for the tattoo, be generous.
- warn me if you have allergies or medical specificities.

-Purpose 3 availability dates between the26 in July and the 06 in August.

- you will receive a unique e-mail of confirmation, and last step is to give your address, phone 
number, coordinates  to Estudio Teix.

(PORT)Como você pode se inscrever para participar deste experimento:
- Escreva-me a contact@olivierpoisingnon.fr
- Envie-me uma foto sua (retrato ou corpo todo), eu não quero mais nenhuma informação até eu tatuar você. 
- Envie-me uma foto da zona a ser tatuada, seja generoso(a).
- Previna-me se você tem alguma alergia ou especificidade médica.
- Proponha-me 3 datas disponíveis entre 26 de julho e 06 de agosto. 

- Você recebera um email único de confirmação e você não precisa 

fazer mais nada além de dar suas informações pessoais 
para o Estúdio Teix.





Merci beaucoup à Marco et Matheus de me donner les moyens de réaliser ce projet.






dimanche 5 juin 2016

AGENDA FERME! Je fête mon 100eme billet blogger en vidéo!

Je ferme mon agenda jusqu'en 2017, pour revenir avec des propositions et des concepts qui nous enrichirons (objectivité relative je sais). Je garde cependant une activité sur la toile (avec une préférence pour snapchat).
Si toutefois vous avez un projet-concept qui  doit être réalisé à une date précise à cause "de l'alignement des étoiles" ou autre, prenez la liberté de m'écrire: contact@olivierpoinsignon.fr 



samedi 2 avril 2016

tatouage et écriture partie 2

Si la première partie de l’article “tatouage et écriture” colle avec la pensée et le travail de nombreux confrères, cette seconde partie, elle, met en lumière les aspects les plus singuliers de ma recherche passée et actuelle.


En prenant du recul, je me rends compte que malgré les influences (détectables ou non) chaque évolution-enrichissement de style est toujours né d’un questionnement.
Mes interrogations physiques ou psychologiques se rapportent presque systématiquement à l’efficacité de la retranscription des intentions. Et je rajoute même que j’adapte progressivement la lisibilité de mes propos à ma (mes) cible(s).


Plus simplement, un style est créé pour répondre à une ”problématique”. Celui-ci devient un accent, un argument, voir même un exemple qui marque les esprits selon sa pertinence, son culot, sa créativité, son impact, sa subtilité, son positionnement (je me retiens de faire un listing plus exhaustif car on me reprocherait un caractère trop factuel). Cependant, il y a une technique que je tiens à mettre en garde ; c’est la fréquence d’utilisation voir plus : la répétition. Je pense que son efficacité est aussi bénéfique que vicieuse tant elle est facile pour se faire un nom (ce n’est pas ce que je cherche ici). Et si je blesse certaines personnes en écrivant cela, rassurez vous il y a “ le pansement des héros”.


Pour rentrer dans le vif du sujet, c’est ma troisième grande réponse graphique : je vous parle de la façon dont j’ai trouvé, et nommé, ma “main cassée”. Ce faire valoir existe déjà sous d’autres formes dans les productions de différents artistes et plasticiens (chez les expressionnistes abstraits en tout premier lieu) mais les nuances qui nous différencient ne sont pas seulement physiques. Mes motivations, mes intentions et l’état d’esprit que je m’inflige pour avoir ce trait puisent certes dans la comparaison et la création d’un antonyme graphique à mes lignes droites (#rigidification) mais surtout dans la quête de valorisation de la marque, aussi maladroite soit elle.

 



Supposez que votre ami vienne de subir un accident, qu’il ne lui reste que quelques minutes à vivre, seul, et qu’il décide alors de vous laisser quelques lignes malgré les douleurs, le handicap physique et une instabilité certaine… Ses mots sortiront avec peine et force, la moindre rature, le moindre sursaut ou tremblement deviendra un indice douloureux sans zèle. Un spasme ou un aller-retour pénible traduira ce qui a été subi pour aller au bout de son message. Si graphiquement on perd en lisibilité, sensoriellement les intentions deviennent plus palpables et les maladresses acceptables.





Pour ma quatrième réponse, celle-ci s’est imposée sans que je la questionne. Il m’arrive souvent de gribouiller avec l’énergie évoquée et comme je vous l’ai écrit dans la partie 1, il est facile de gribouiller pour faire croire à un mot et capter l’attention. C’est en faisant cet exercice que j’ai découvert deux choses. La première me permettant d’expliquer la deuxième :
- Sérendipité: “La sérendipité est le fait de réaliser une découverte scientifique ou une invention technique de façon inattendue à la suite d'un concours de circonstances fortuit et très souvent dans le cadre d'une recherche concernant un autre sujet.” (Wikipédia)
- En présentant mes gribouillage lettrés et en jouant à “qui voit quoi” je me suis aperçu qu’un mot “main cassé” peut en cacher un autre. C’est ici que j’ai commencé à croiser des lettres. Un T peut très bien devenir un L traversé par une tache étirée, un M devient un B un peut trop couché … Les défauts et les taches deviennent des variantes sur lesquelles se pose tout le sens des mots croisés. Je provoque la sérendipité. De plus le graphisme n’est pas choisi pour le plaisir d’une forme plus qu’une autre, il s’impose par lui même car c’est en un point qu’il est possible, c’est ce point de rencontre qui permet d’offrir une double lecture (les variations sont toujours possibles mais je suis certain que vous voyez ce que je dis). Le graphisme s’impose par nécessité de rencontre. C'est comme ça que j'ai trouvé les "intersections".




Le tout reposant sur une sémantique parfois composée d’antonymes qui rendra l’ambiguïté plus déstabilisante, également sur des mots parents comme pour décupler la puissance du sens ou aussi  établir de nouvelles connections avec des mots qui n’en ont pas, au premier abord.


La création d’ “intersections” m’a permis cette réflexion (et c’est là que je vais finir).
Le langage est touché par l’impermanence, pourtant nous sommes contraints d’essayer de figer des définitions des mots pour pouvoir en parler et en prendre conscience.
Le langage tel que nous le pratiquons en tant que langue maternelle dans notre société (je n’ai pas de vision universelle) est une sorte de convention collective qui vise à fixer une définition précise pour un mot. De façon à pouvoir comprendre ce que l’autre a vu, compris, ressenti…
La définition d’un mot est de ce fait collective mais rien ne nous empêche d’avoir des définitions personnelles ou de ressentir un mot avec des nuances, à notre insu.
Les caractères qui constituent notre alphabet sont distincts pour faciliter le décryptage des mots et donc du sens. Mais malgré tout il y a toujours une marge d’interprétation et c’est cette marge que je souhaite décupler pour ne pas rester figé ou enfermé dans un sens collectif.


A ceux qui disent que l’Art ne sert à rien : “Alors, il est inutile de parler”.