mercredi 17 septembre 2014

Richard Kiel est mort ce weekend.

Dans le cadre de la participation à mon exposition “dessine mon idée” (retrouvez le principe ici), j’ai reçu un message me proposant de travailler sur la récente disparition de Richard Kiel. Je ne savais même pas qu’il était décédé samedi dernier. Ce grand monsieur (2,18m) avait atteint une notoriété mondiale dans les années 70, en incarnant à deux reprises “le BADGUY” (Jaws) dans la saga James Bond. Le grand “bouffeur de câbles” aux dents d’acier ! Pour ma part, je garde le souvenir d’un personnage qui, comme d’autres “seconds couteaux” dans James Bond (je pense en particulier à la sculpturale Grace Jones), sortait du côté obscur, en se sacrifiant, à la fin de Moonracker.
Même un grand méchant pas particulièrement beau peut offrir quelque chose de bon et dans son cas il était le seul à pouvoir offrir ce qu’il avait : un charisme naturel doublé d’une force herculéenne à la André le Géant !
Producteur et scénariste, cet acteur prédestiné à incarner les géants (méchants de préférence), a aussi participé à plusieurs séries télévisées comme “Les mystères de l’Ouest”. Mais quel ne fut pas mon plaisir de découvrir qu’il avait aussi tenu un rôle dans un épisode de ma série préférée, La Quatrième Dimension (pas évident de le reconnaître…jugez par vous-mêmes) :

Un être venu d'ailleurs qui joue sur la notion de “service”. Cet épisode est particulièrement astucieux et tout repose sur un seul mot.


Regardez-le ici :



Cette année encore, beaucoup de “célébrités” nous ont quitté et nombreux sont ceux qui critiquent le fait que l’on ne s’intéresse à eux qu’à ce moment-là. Non, nous ne nous intéressons pas qu’à leur mort. La mort c’est la ponctuation finale d’une vie et je pense qu’elle mérite bien cette attention au nom des valeurs que notre civilisation a construites (et tente d’entretenir, pour certains), à savoir le respect de nos morts. Respecter un mort et son existence, c’est mettre en avant l’importance de la vie et souligner l’impact de nos actes à travers une histoire, une culture, une famille. Peut-être que nos morts ne voient rien de tout ça, mais les personnes en deuil sont bel et bien en vie et leur souffrance est bel et bien réelle.
Je profite de cet article pour lâcher ce que j’ai sur le cœur car je n’ai pas toujours été présent, sous prétexte que la personne partie ne m’était pas chère, sous prétexte que je n’avais pas le temps… mais elle l’était pour des personnes que j’affectionne. Soyez présent pour les personnes qui en ont besoin et soyez présents pour ceux qui vous sont chers, car on ne part qu’une fois.


mercredi 10 septembre 2014

TOT BAG LOGO MELIES LUNE par OLIVIER POINSIGNON

Je ne les attendais plus... 55 sacs viennent d'arriver dans ma boite aux lettres et ils sont tous à vendre.
Et oui, cela faisait près de trois mois que l'on en parlait.

Ce n'est pas grand chose, mais le sac est issu de fabrication bio et organique.
• Matière : 100% coton • Dimensions : 42 x 38 cm • Grammage : 140 gr/m2 • Capacité : 10 litres.
• Entretien : - Laver le sac à l'eau douce (30°C) - En machine ou à la main.

totbag-melies-print-george-lune-sac-le-voyage-dans-la-lune-olivier-poinsignon

Pour le coup, il m'avait été demandé de réaliser un autre dessin, à la place. Voilà comment je justifie* cet acharnement sur mon projet initial :
    • " C'est vraiment celui-ci que je veux faire. C'est une pièce à laquelle j'accorde beaucoup d'importance tant pour sa forme et son style que pour  sa référence et son patrimoine."

*Et si je n'approfondis pas plus ce thème c'est parce que j'ai prévu d'en parler  prochainement dans un autre article plus riche.


J'invite les personnes intéressées à me contacter ou à me "recontacter"  : contact@olivierpoinsignon.fr

Vous pouvez économiser les frais de port en retirant votre sac en même temps que vous viendrez vous faire tatouer. Dans ce cas là, prévenez-moi, afin que je puisse le mettre de côté. Sinon, il vous suffit de m'envoyer un chèque de 15 euros*. Pour les pays limitrophes et les DOM-COM, contactez-moi avant, pour connaître le montant des frais de port.
Remplir le chèque à l'ordre d’Olivier Poinsignon et l’adresser à : Olivier Poinsignon / 56 avenue de Royat / 63400 Chamalières.

Qui en veut ?


Le Roi Conan en tatouage

Vous vous doutez sûrement qu’avec l’ouverture du salon, hier était une journée symboliquement importante.

Journée sacrée par une émotion partagée avec mon “1er client”. Effectivement, je ne suis pas le seul à admirer le personnage de Robert E. Howard (je viens de commander son livre pour découvrir la genèse de ce monument) . C’est l’interprétation d’Arnold Schwarzenegger que l’on a choisie et ce n’est pas par hasard. S’il était évident, pour un petit garçon né dans les années 80 d’admirer un homme pour son charisme et sa virilité, on peut parler aujourd’hui de modèle de polyvalence, d’ambition et de réussite.

J’aimerais pouvoir parler de mon intérêt pour ce personnage mais je ne voudrais pas donner l’impression de tenir des propos pathétiques. Lisez  “Total Recall” et vous comprendrez.


Dans tous les cas, j’espère que mon attention et l’attachement que j’ai apporté à cette réalisation sont un éloge suffisant pour vous convaincre de revoir “Conan le Barbare”.

conan-tatouage-arnold-schwarzenegger-tattoo-olivier-poinsignon-clermlont-ferrand
conan-dessin-thulsa-doom-dessin-drawing-clermont-ferrand-tatoueur-olivier-poinsignon

Et si ce n’est pas le cas, je vous invite à aller voir la chronique du “Youtubeur” que je suis le plus fidèlement >>> Le Fossoyeur de Film. Son format ravira autant les néophytes que les passionnés … “mais ça c’est une autre histoire.”

   



lundi 8 septembre 2014

#Dessinemonidée


australiancoffehouse-australian-coffee-house-olivier-poinsignon
Dans le cadre de mon intervention à l'Autralian Coffe House, tentez de voir votre idée rejoindre les murs de mon exposition:



En ce qui concerne l'accrochage, je ne partage pas d'images pour protéger le côté inédit de mes illustrations, mais je vous laisse ces lignes d'explications:


“A chaque mur, sa direction. D’un côté, vous retrouvez des compositions personnelles sorties de mon atelier sans aucun cahier des charges extérieur. Et de l’autre, un mur qui vous est réservé. J’appréhende le tatouage comme une collaboration entre deux individus et non comme un simple service d’exécution. Si ma façon de mettre en image vous intéresse, racontez-moi ou montrez-moi quelque chose qui mériterait d’être tatoué … Cela trouvera peut-être sa place sur ce mur durant ces 2 mois. (voir le hashtag #dessinemonidee).


Ici, je me contente de réinterpréter des propos existants et/ou de les tourner dans le sens qui me touche le plus. Je ne m’en cache pas, j’accorde beaucoup d’importance aux seconds rôles et aux détails retenant notre attention. Ils traduisent et caractérisent notre sensibilité, notre personnalité ainsi que nos centres d’intérêt. Mais ça ne veut pas dire que tout doit être justifié.


Je ne suis pas enclavé dans la pop culture mais je n’ai pas la place ni le recul suffisants pour parler d’une éventuelle mythologie plus personnelle. Je ne pense pas m’enfermer en privilégiant le cinéma, car au delà de certains codes universels, c’est un Art très large qui touche à l’histoire, la technique, la plastique, le sensoriel, le spirituel, l’éducation …”


“Au pire, beignez dans cette atmosphère sans même lire ces quelques lignes et profitez,
je l’espère, de cet instant comme on peut regarder un bon summer-movie”.


Retrouvez l’intégralité de mon travail sur mon site :

Si vous souhaitez me laisser un mot, commander un dessin ou prévoir un tatouage :

contact@olivier poinsignon.fr

Merci. J'ouvre dans la bonne humeur avec une belle exposition.



*Attention, avant de commencer à lire ce texte, veuillez vous assurer que vous n’êtes pas allergique aux remerciements.

Bonjour à tous, je suis actuellement entre deux événements et je pense que c’est le bon moment pour rédiger ces quelques lignes.


Dans un premier temps, merci pour toutes vos attentions par mails et messages, merci à toutes les personnes qui se sont levées samedi matin pour mon modeste vernissage. Même si je n’ai pas souvent levé les yeux - “Simba” a eu du succès- j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir de nouveaux visages et à retrouver des personnes qui ont fait de la route (Jérémy, tu es fou) . J’espère que mes dessins accompagnés des carrot-cakes valaient le déplacement (c’était la surprise pour moi aussi). J’espère également que vous continuerez à donner vie à cette exposition en m'envoyant vos idées pour que je les dessine là-bas!


Sans transition, sachez qu’il était très délicat pour moi de parler de vos projets de tatouage tant il y avait du monde et tant le temps alloué était court. Chaque projet de tatouage est individuel et mérite d’étre traité à tête reposée et non au milieu d’une foule. Merci à mes proches qui ont donné un coup de main important au vu de mon agenda (sans vous, ce n’était pas possible). Et GRAND MERCI à mes potes de l’Australian Coffee House qui hébérge cette exposition et son évolution pendant les deux prochains mois. Pour ceux qui ont manqué ça, je vous invite vivement à aller passer un moment là-bas (au-delà de mon exposition) ce sont les seuls à faire ce qu’ils font à Clermont-Ferrand.


Dans un second temps, demain j’ouvre officiellement! Donc merci à vous tous qui m’avaient fait confiance et ceux qui vont me faire confiance. Grâce à votre compréhension je peux vivre de ce que j’aime et de plus en plus faire les choses comme je les entends avec honnêteté et passion (et oui je ne suis pas fait pour répondre à tous vos projets).
Cette étape n’est pas une finalité (comme je le dis c’est une étape) le plus dur reste à venir, mais le meilleur aussi.

mercredi 3 septembre 2014